Alimentation

Agriculture

L’agriculture intensive nuit au climat de manière considérable, par exemple par le méthane libéré par les animaux de ferme. Une taxe climatique sur tous les produits proportionnelle aux émissions de gaz à effet de serre causées accélérerait une réorientation vers une production écologique. Cette taxe devrait s’appliquer de la même manière aux produits fabriqués dans le pays et aux produits importés. Cela devrait s’accompagner d’une réduction des fausses incitations telles que la promotion de l’élevage non-lié à la surface. Il est également incompréhensible que la consommation de viande continue d’être soutenue par la promotion des ventes au niveau fédéral.

Formation de l'humus

L’humus est composé d’environ 60 % de carbone. Avec certaines méthodes, les agriculteur·rice·s peuvent augmenter la teneur en humus de leurs champs et ainsi extraire le CO2 de l’atmosphère. À travers la production régénérative des aliments et la consommation de ces produits, nous pouvons non seulement ralentir le changement climatique, mais aussi accroître la fertilité des sols et donc garantir notre approvisionnement alimentaire à long terme.

Consommation d'énergie

Dans l’agriculture suisse actuelle, environ 2,5 fois plus d’énergie est utilisée pour la production que celle contenue dans les produits agricoles récoltés. Outre les combustibles et les carburants, il est particulièrement important de réduire l’énergie grise produite dans la fabrication des aliments pour animaux et des engrais, des machines et des bâtiments. En contrepartie, l’agriculture suisse fournit de l’énergie renouvelable à partir du soleil, du bois et des déchets biologiques. Comme les agrocarburants sont en concurrence avec la production alimentaire, l’Alliance Climatique ne considère pas les agrocarburants comme une source d’énergie raisonnable.

Food Waste

Environ un tiers de la nourriture produite en Suisse finit en déchets. À chaque étape du traitement, les déchets sont triés et éliminés. Les agriculteurs ne peuvent vendre que des carottes parfaitement formées et des pommes sans défaut. Il y a également des pertes dans les entreprises de transformation et de commerce (par exemple, en raison de la production de trop grandes quantités) et dans les ventes (en raison de la date d’expiration). Cependant, la moitié du gaspillage alimentaire se produit dans les ménages et les restaurants. Des décisions d’achat irréfléchies, un mauvais stockage et des portions trop importantes font que les aliments disparaissent dans le gaspillage des consommateur·rice·s. Les déchets alimentaires constituent un gaspillage inutile de ressources, d’énergie et d’argent. Une approche consciente de l’alimentation contribue à réduire le gaspillage de nourriture.

Publications

Évenements

Quoi Qui